Pour ING, la hausse des taux n’aura aucun effet


Deprecated: Function create_function() is deprecated in /home/selectobanqu/www/wp-content/plugins/wordpress-23-related-posts-plugin/init.php on line 215

Deprecated: Function create_function() is deprecated in /home/selectobanqu/www/wp-content/plugins/wordpress-23-related-posts-plugin/recommendations.php on line 264

ING vient de publier son rapport sur l’analyse du marché immobilier. Parmi ces constatations, la hausse annoncée des taux aura une influence minime sur les prix. Dans ce contexte ING vient tout de même de baisser à nouveau son barème de taux, consolidant sa compétitivité sur le marché de l’immobilier.

 Ouvrir un compte ING Direct

Selon le rapport d’ING, la grille des loyers instaurée récemment par Bruxelles n’atteint pas le but qui était fixé.

La Banque ING vient également de présenter son analyse du marché immobilier belge avec ses perspectives pour 2018. Dans son rapport, la banque explique différents points sur lesquels il est intéressant de souligner.

Prévision d’ING

Les prix en 2017 devraient connaitre un modeste bond de 2,5 %, après le 0,8 % enregistré en 2016. La hausse modérée des taux attendue pour 2018 ne devrait quant à elle n’avoir aucun effet sur les prix qui resteront assez stables. Avec une possible croissance de tout juste 1,5 %.

C’est la Flandre qui créée cette inflation, car à Bruxelles, où le marché de l’immobilier est déjà cher avec des maisons annonçant un prix de plus de 400 000 euros. Il est fort à parier que les transactions soit en forte baisse, on estime à moins de 10 000), un nombre historiquement bas, une première depuis 1995. La Wallonie quant a elle n’est pas mieux lotie puisque c’est la seule Région où les droits d’enregistrement restent particulièrement élevés. Ces taxes freinent incontestablement l’activité.

Les analystes d’ING nous montrent par ailleurs que si la majorité des Belges sont propriétaires de leur habitation, 94 % d’entre eux ne considèrent pas leur habitation comme un investissement. « Cependant, 20 % des propriétaires déclarent posséder plus d’un bien immobilier ». Et « Pour 70 % des Flamands, il s’agit d’un investissement avec un revenu locatif alors que pour près de la moitié des Wallons, ce sont des résidences secondaires. »

Néanmoins selon le rapport d’ING, les propriétaires ont conscience de la valeur de leur habitation comme actif pour le futur, à l’horizon de la retraite. Près de la moitié pensent à revendre leur habitation pour assurer leurs vieux jours.

Nouvelle grille de loyers

La banque s’est également attardée sur la nouvelle grille indicative des loyers en vigueur depuis peu à Bruxelles. Pour information, c’est un système qui permet de connaitre les prix des loyers par type de biens dans 118 quartiers dans les 19 communes. C’est un baromètre pour savoir si l’on paye un loyer trop élevé ou, au contraire, s’il est sous-évalué.

Le souci pour ING est que « la grille repose sur des enquêtes menées en 2012, 2013 et 2015 qui n’offrent pas de grande variabilité entre les différents quartiers ».

Ainsi bien que l’idée était bonne il n’est absolument pas fiable « On peut même se demander si les résultats sont réalistesSi la grille donne une idée des loyers pratiqués, elle n’est sans doute pas une très bonne référence pour les nouveaux locataires dans les communes où les baux enregistrés étaient très longs. Elle induira en erreur bon nombre de nouveaux locataires. »

C’est pourquoi cette grille doit être lue avec des pincettes et ne servir que de base.